Votez toutes les 2h!
. . . . .
CADEAUX ?
Nos Events
Feu d'Artice: Kensei offre à ses habitants la joie de voir un feu d'artifice au Sud de la Grande Plaine. Pour l'occasion, des nombreuses échoppes de tous genres ouvrent leurs stands aux visiteurs le soirs et leur proposent nourriture, goodies et objets traditionnels. Evénement pourtant festif, personne ne sait ce qui se passera avec les gangs qui se réveillent...
C'est à suivre ici.



 
Nous cherchons & avons besoin de KAZUKI !
N'hésitez pas à aller voir les prédéfinis ou à en inventer !
Nous recherchons toujours des Hide et des Kazuki pour équilibrer la force des clans !
Les Policiers et les Citadins attendent également la venue des leurs !
Après sondage, nous avons décidé d'une norme pour les titres de vos rps !
Pensez donc à les modifier selon ce modèle : Titre du RP [PV/Libre - Hentai/Soft - Statut]

Partagez | 
 

 Ohisashiburi... [Izumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar

Féminin
→ Messages : 203


MessageSujet: Ohisashiburi... [Izumi]   Dim 2 Juin - 23:40

La forêt, la plage, la mer. Cette étendue, libre et enfermée à la fois. C'était un moyen de s'évader, d'être ailleurs pourtant, en étant présent dans ce lieu si paisible. Alors que son réveil avait sonné étrangement tôt ce matin, Sheryl se sentait d'humeur à aller se reposer, au calme et loin de cette ville qui lui rappelait tant de choses et d'émotions, en si peu de mois. Cela ne lui ressemblait pas. Elle qui adorait cette ville, ayant quittée la campagne justement pour cette raison, voilà qu'elle fut prise de nostalgie tout d'un coup. C'est donc d'un pas assurée qu'elle prit la route, le train, le tram et atterrit les pieds dans le sable. Ôtant ses chaussures, pour ne pas être gênée par les grains qui courraient entre ses doigts de pieds, elle laissa son empreinte sur le sable. Inévitablement, cette empreinte aura disparu le lendemain, emportée par les flots. C'était une des choses pour lesquelles Sheryl aimait cet endroit. Les choses bougeaient, n'étaient pas fixes. Sa vie commençait à devenir trop monotone à son goût.

Posant son postérieur sur le sable encore frais de la veille, elle se remémora ses derniers jours. La rencontre d'un étrange jeune homme au cheveux rouges, pour qui elle pourrait bien avoir de l'affection. S'en suivit d'une rencontre pour le moins probable d'un jeune avocat. Puis soudain, Sheryl se rappela. Le regard étrangement perdue de cette jeune femme, alors qu'elle était partie en courant, sans lui laisser la moindre chance de parler. Ce qui était sûr, c'est que ce n'était en aucun cas une des leurs. Pour une fois que la belle avait eu un peu de répits, cette journée là avait été d'un souvenir amer. Un soupir se fit entendre. La mer était calme, très calme pour une journée qui commençait à peine ou bien avec peine peut-être. Sheryl était devenu beaucoup trop sensible et ailleurs, beaucoup trop indifférente à ce monde. Absente, de toute forme d'humanité. Une ombre. Elle était devenue sa propre ombre, prisonnière des actes de ses congénères et encore pire, de sa propre existence. Agissait-elle ainsi parce qu'elle en avait envie ou parce que les circonstances l'obligeait?

Une sonnerie retentit, au loin, couvrant le bruit des vagues. Se retournant légèrement, la demoiselle aperçu la ville encore proche pourtant. Las, elle s'allongea sur le sol, sans penser à rien. Fermant les yeux et imaginant un monde qui serait le sien, où elle serait libre de faire ce qu'elle souhaite sans risquer de mourir, de vexer ou d'aimer. La journée passa lentement, et pourtant, elle ne s'arrêta pas. Le temps était irréversible.






xxx






C’était une soirée comme les autres, elles se ressemblaient maintenant tellement aux yeux de la danseuse. Cela ne faisait pourtant que quelques mois que ce job était présent dans sa vie, mais cela aurait pu faire des années que cela ne la choquerait même pas. L'habitude, certes, mais jamais de lassitude. Elle aimait tellement ce qu'elle faisait qu'elle était non seulement, innovante et ainsi créer à ses spectateurs une impression de renouveau, et souriante. Toujours ce sourire scotcher à ses lèvres alors qu'elle dansait, ondulait tel un serpent sur cette piste, contre cette barre.

La musique et la demoiselle était dans le même rythme, à une mesure près. Elle était prête à ne pas changer de danse pour se caler sur le rythme de la musique que son patron lui choisissait. Bien que celles-ci étaient souvent les mêmes, parfois même Sheryl lui apportait ses propres chansons pour changer un peu, la danse de la demoiselle était toujours différente. Ses cheveux roses ondulait le long de son corps, arborait chaque forme et chaque courbe alors que la demoiselle épousait la barre de fer. C’était une cérémonie de séduction, comme si elle désirait séduire cette barre et encore mieux, son sourire réussissait à en charme plus d'un avant que les dis intéressés ne s’intéresse aux courbes de la demoiselle.

Ce soir, sa tenue était bleu. Une robe courte, provocante, laissant montrer un morceau de cuisse osé sur le coté droit. Elle savait que ce n’était qu'une tenue de scène, mais combien de ces consommateur savait qui elle était vraiment ? Elle n'avait chercher à savoir ce qu'il pensait d'elle et ce n’était surement pas très beau à voir. Alors, n'y pensant plus, elle continua de danser, comme si rien n'existait à part la musique. Une musique qui se fondait dans le brouhaha, mais s'entendait même à l'autre bout du bar.

Ses yeux cernés de noir, elle parcourra les spectateurs du regard, comme chaque soir. Chaque fois, elle aimait se poser la question sur qui était ces gens la, ce qu'il faisait dans leur vies. La plupart d'entre eux venaient ici secrètement, boire un verre et regarder la jolie danseuse. D'autres, qui ouvertement venait dans ce bar fréquenté, n'avait rien à cacher et savait parfaitement s'assumer. Son regard d'azur se posa dans ceux d'un jeune homme dont le visage lui était familier, étrangement. Soudain, elle se rappela. Ses yeux grandirent et elle tourna la tête, rougissante. Hors de questions qu'il le remarque. Elle continua alors de danser, comme si ne rien n'était. Lui? Ici? Impossible. L'avait-il suivit? Était-ce une obsession? Non. Elle se faisait des films. Il prenait un verre et repartirait, voilà tout. Soudain, la tension monta et un sourire malicieux vint se poser sur les lèvres de la demoiselle. Et s'il était la pour le spectacle? Alors, tel une acrobate, elle s'accrocha à la barre et fit voler ses jambes, l'une après l'autre, de la manière la plus sensuelle possible, continuant ses mouvements avec souplesse elle finit sa danse dans le silence de la musique. Une petite pause? Une autre démarra derrière. Bon, ce n'était pas pour tout de suite et cela arrangeait grandement la demoiselle de ne pas avoir de réponses à ses questions. Elle recommença à danser, se concentrant, n'osant plus regarder dans la direction du jeune homme, refusant amèrement de savoir s'il était seulement encore la ou pire, si il s'en souvenait, lui aussi.

Les minutes passèrent, les heures peut-être et cette tension insoutenable. Insupportable. La mer. Elle lui manquait tant. Il fallait qu'elle sorte, s'en aille. Enfermée, prisonnière. Elle suffoquait intérieurement. S'en était trop. D'un geste de la main, elle adressa un regard suppliant à son patron, pour la trentième fois ce mois-ci. C'était fini. Enfin, la musique assourdissante qui l’oppressait cessa et elle disparu derrière une porte dissimuler dans un coin de la salle. La pièce dans laquelle elle était entrée n'était autre qu'un débarras. Assez grande pour contenir cinq personnes, assez petite pour s'éloigner du monde et de ces gens qui l'observait, tels des porcs, à longueur de journées. Respirant avec peine, elle s'attacha les cheveux pour éviter de transpirer, comme si c'était inévitable, cela aussi. De l'air. Pour sortir, il fallait avant qu'elle se change et dans la précipitation, elle n'avait pas choisi la bonne porte. Se retournant, elle faisait maintenant face à celle-ci. Affronter le regard des gens, encore une fois, qui espérait qu'elle retourne sur scène pour la voir se trémousser comme une prostituée, encore une fois. Que lui arrivait-elle? Ce boulot ne la gênait pas, par habitude. Elle aimait même plutôt cela. Qu'est-ce qui avait changé, ce soir-là? Sa main tremblait sur la poignée. Lui. C'était sa présence qui perturbait tant la demoiselle. Un nom, un seul, sur le bout des lèvres. Quelques mètres, c'était tout. La tension montait alors qu'elle pressa la poignée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ohisashiburi... [Izumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kensei no Ichi :: Kensei : Centre Campus Universitaire { RPG :: ▬ Quartiers des Loisirs :: → Bar-

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit