Votez toutes les 2h!
. . . . .
CADEAUX ?
Nos Events
Feu d'Artice: Kensei offre à ses habitants la joie de voir un feu d'artifice au Sud de la Grande Plaine. Pour l'occasion, des nombreuses échoppes de tous genres ouvrent leurs stands aux visiteurs le soirs et leur proposent nourriture, goodies et objets traditionnels. Evénement pourtant festif, personne ne sait ce qui se passera avec les gangs qui se réveillent...
C'est à suivre ici.



 
Nous cherchons & avons besoin de KAZUKI !
N'hésitez pas à aller voir les prédéfinis ou à en inventer !
Nous recherchons toujours des Hide et des Kazuki pour équilibrer la force des clans !
Les Policiers et les Citadins attendent également la venue des leurs !
Après sondage, nous avons décidé d'une norme pour les titres de vos rps !
Pensez donc à les modifier selon ce modèle : Titre du RP [PV/Libre - Hentai/Soft - Statut]

Partagez | 
 

 Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
私 は Tai Mikono



avatar

Masculin
→ Messages : 63


MessageSujet: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   Ven 31 Mai - 1:38

Good night in jail !

I need you.. Voilà de mots qui avaient été prononcés par la belle il y a un petit temps. Sincères ? Faux ? L'alcool ? ... Personnellement, je ne savais pas quoi penser. CE soir là, nous étions en train de le faire. Se faire plaisir, communiquer des sentiments... Purtant, la belle a tout brisé. Avait-elle simplement fait la girouette ? Ne savait-elle pas sur quel pied danser ? Ou bien était-ce plus compliqué ? Voilà une situation bien embarassante. Quoi penser ? Bien du monde se seraient dit " Bon, elle veux pas baiser, alors je vais voir la candidate suivante ". Pour moi, s'était différent. J'avais l'impression que la belle était blessé. Que aussi décidé soit-elle, aussi méchante ait-elle ce soir là en me mettant à la porte... je n'arrivais pas à lui en vouloir, me rendant compte vraiment qu'elle comptait pour moi. Tandis que d'autres seraient passés à autre chose, moi je bloquais quelque peu... Même après l'avoir vu de plus belle sur son lieu de travail, je n'arrivais pas à tirer de quelconque conclusion. Devions nous nous éviter ? Oublier tout ça et se fuir comme la peste ? Ou bien continuer et tenter le diable en faisant face à nos réalités ?

" ... Sheryl.."

Ce nom tournait dans ma tête, je ne pouvais pas m'en empêcher. Intérieurement, je changeais. Autant de base je suis violent avec tous, autant avec elle c'est autre chose. Je n'arrivais pas à m'imaginer lui mettre une baffe, la traiter comme une moins que rien. En cas de conflit, je lui ferais face... Mais si on se toisait du regard, une arme dans la main, ma main tremblerait sur la gâchette. Je n'oserais pas appuyer. Même si elle était pareil, même menacé par elle, je n'oserais pas qu'importe les opportunités. Drôle de sensation n'est-ce pas ?

" OH... TU REPONDS ??? "

Arg.. Me revoilà sur terre. Habillé de manière classique, je gardais l'entrée de cette putain de boîte de nuit. Les gens étaient jeunes et quelque peu chiant ce soir. Notamment ce mec.. Le regardant avec un regard noir, je vins à lui refuser l'entrée écoutant ses paroles. Il jurait, me traitait, bref, il me tapait sur le systéme. Je vins à simplement lui dire de dégager. Chose qu'il fit l'air blazé. La soirée passant tranquillement, je vins à prendre une pause vers 0h00. Soupirant, j'allumais une clope la fumant dans un coin plutôt sombre. Et là... Tout s'accéléra. Je pris un poing dans la gueule d'une personne sortit de nul part... Hm ? Qui était-ce ? Visiblement le mec de tout à l'heure qui m'en voulait. La situation chauffa quelque peu et finalement, les flics débarquèrent avertis par un tiers. Moi légèrement amoché et l'autre quelque peu en sang... Nous nous fîmes embarquer au commisariat. Génial... Le ou la patronne de la boite serait content(e)... Bref, passant la situation, me voilà au bureau des poulets. Ceux-ci semblaient ô combien las... Ils étaient plusieurs alors, moi je voulais partir d'ici à vrai dire...

Répondant à leurs questions et tout ça, je vins à être mis derrière des barreaux. Garde à vue.... Tandis que l'autre la jouait victime. Pff... Visiblement, il a pas eu assez de droite. Me mettant sur le petit lit accroché au mur, je vins à soupirer. J'attendrais.. Tant pis. Mon boss viendra ou j'attendrais d'être libéré. Patientant doucement, je regardais la petite horloge en face de moi. Quelle blague...
Demandant mon portable, je vins simplement à jouer un peu dessus. L'homme ayant un oeil sur moi, le téléphone se mis à sonner et voilà que deux poulets sur trois disparraissaient. Visiblement, il y avait des histoires chaudes ailleurs. Hm ? Un coup des Kuraragi ? Sans moi ? Enfoirés...
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Féminin
→ Messages : 203


MessageSujet: Re: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   Ven 31 Mai - 23:23



Encore une soirée trop arrosée pour la demoiselle, évidemment. Comment s'était-elle retrouvée ici ? C'est une longue histoire, mais il me semble qu'on est le temps de la raconter.

Alors que la soirée ne faisait que débutée et que Sheryl s'apprêtait gentiment à aller à son travail, pour une fois. Son téléphone sonna. Une sonnerie qui retentissait dans tout l'appartement de la belle. Encore une fois, elle ne voulu pas décrocher, pourtant elle le fit sans se poser de questions. Au bout de celui-ci, une voix grave et rauque. Ce soir, il y aurait un casse et on avait besoin de monde. Non, pas ce soir. Elle ne voulait pas, elle voulait travailler sinon elle perdrait surement son emploi, encore une fois. On raccrocha. Elle n'avait plus le choix. Composant un numéro, elle prit une voix assurée et s'excusa, encore une fois. On raccrocha de nouveau. Changement de situation, elle s'habilla en conséquence. Un haut noir décolleté ainsi qu'un jean taille basse ferait l'affaire. Ce soir, elle ne travaillera pas.

Alors qu'elle était dans la rue, avec ses collègues, les remarque et les amusements allaient bon train. C'était un moyen pour eux d'évacuer leur stress, surement. Sheryl n'était pas stresser, elle ne l'était que rarement. Soudain, elle chercha des yeux. Elle le chercha des yeux. Il n'était pas là. Elle comprit. L'éviterait-il maintenant? Avait-elle perdu un ami? Elle ne savait pas. Posant trop de questions, elle se tue intérieurement pour se concentrer sur la scène qui se déroulait. Ils étaient une vingtaine, près d'une petite banque de la rue. Celle-ci était fermée depuis longtemps maintenant, quelques heures au moins. C'était l'objet de leur désir. Ils seraient riches, du moins pour quelques temps. Sheryl n'écoutait plus. Ses pensées occupait tout son esprit. C'était inévitable. Il était présent, même quand il n'était pas là. Soupirant, elle essaya de se concentrer sur ce qu'il se passait et se rendit compte qu'elle marchait toute seule, ses pas étaient autonomes. Le casse commença.

C'est là que les choses dérapèrent. Le casse se passa mal, tout ça parce qu'elle ne voulu pas tirer. C'était pourtant pas compliqué. Elle l'avait fait une dizaine de fois déjà. Tirée sur la gâchette. Mais ce soir-là, non. Et à cause d'elle, ils avaient pas réussi leur casse. C'était une chose qui ne lui pardonnerait pas de si tôt. Alors qu'ils étaient entrain de s'enfuir de la dite banque, le chef de l'opération stoppa Sheryl.

- Toi, tu restes là. Un séjour en taule te remettra les idées en place.

Il menaça alors la demoiselle de son flingue et resta dans l'obscurité d'une ruelle, toujours l'arme braquée sur elle. La sirène retentit, la police arriva. Sheryl, piégée, resta de marbre devant la situation et ne dit mots pendant que les lames acérées des menottes se refermaient sur ces poignets, pendant que le policer, imbu de lui même, la regardait comme un steak et pendant que "sans faire exprès", il la poussa dans sa voiture où elle se prit un violent coup sur la tête.

Encore vide, comme ces derniers jours, elle s'efforça de sourire pendant qu'on la menait au poste de police. C'était quand même une évidence, elle allait y rester pour un moment. Il ne fallut pas longtemps, un regard peut-être sur la demoiselle, pour la mettre dans une petite cellule en attendant plus de preuve de sa culpabilité. Elle reprit goût à la vie lorsqu'on la libéra de ses chaines et fut prise d'une violente colère envers les policiers armés. Alors qu'un des deux policiers referma la grille sur elle, elle fonça sur lui. Heureusement, les grilles étaient solides et il avait des réflexes. Elle se contenta alors de lui cracher dessus à travers les barreaux, pour s'effondrer dans un coin de la pièce.

-Putain...

Finit-elle par dire. C'était ses seuls mots de la journée. La rage était en elle, mais à quoi bon s’énerver? Cela ne servirait à rien. Autant attendre sagement. Un bruit sur sa gauche l'interpella et elle tourna la tête. Tai. Il était là. Pourquoi ? Comment ? Lui aussi avait été puni ? De ne pas être venu ? Que s'était-il passé? Tant de questions alors que son visage restait neutre. Alors, elle replongea sa tête entre ses genoux. Qu'avait-elle de plus à lui dire, à présent.. C'était peut-être la meilleure chose à faire. S'éviter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
私 は Tai Mikono



avatar

Masculin
→ Messages : 63


MessageSujet: Re: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   Dim 2 Juin - 5:45

It's burning inside me !

Quelle soirée pourrie franchement. Devoir pourrir entre des barreaux à la con en compagnie du vent seulement. Ce lieu était nul. Et encore, c'est pas la prison carcérale ça... Nous étions loin du compte. Enfin bref, seul en ce soir, en compagnie de sales volailles de mes deux. Jusqu'à un certain temps du moins. En effet, alors que je pensais passer ma soirée seul, voilà qu'une personne me rejoignis. Visiblement, une personne m'avait rejoint. Une personne de mon groupe et pas n'importe qui. Ah ? … Qui donc ? En re haussant la tête, je perdis un degré d'illumination au visage. Sheryl... McDones... La belle s'était mis dans un coin de la cellule. Ah... La regardant en coin, je me mordais la lèvre. Revoyant cette scène. Moi torse nu, tenant mes affaires, la demoiselle me lançant un paquet de cocaine avant de fermer la porte amèrement. Mais le bonus étaient ses lèvres qui avaient bougés pour dire une chose qui m'avait marqué... «  i need you... ». Etait-ce vrai ? Ou était-ce juste l'alcool ? Hésitant, je me mordais la lèvre avant de me lever. Deux cellules et trois autres inoccupées. Collées, mais séparées par des barreaux, je vins m'approchant en m'accrochant à ses barreaux. La regardant, je vins à murmurer son nom comme pour l'appeler tendrement.

«  … Sheryl... »


Un nom. Son nom. Je voulais qu'elle approche. Qu'on s'explique. Quitte à réussir à se barrer. Mais pour l'heure, la capter était le premier objectif. Soupirant, je vins à tomber à genoux avant de me mettre en tailleur. Patient, je l'observais de façon neutre même si on pouvait remarquer une touche de nostalgie voire même de... tristesse ?

«  Sheryl... Je voudrais te parler s'il te plait... Qu'on s'explique... calmement. À l'abris des oreilles des autres... Est-ce possible ? Ou bien... On doit absolument s'ignorer. Répond moi sincèrement Sheryl... C...Car j'ai l'impression de ne plus voir la même fille que j'ai vu au début... »


Je parlais de manière sincère. Pas le Kuraragi conquérant capable de tout pour gagner le pouvoir. Là, je parlais en tant qu'amant, en tant qu'homme aimant une demoiselle et encore, aimer étant une impression. Elle était indispensable pour moi. Je me devais de lui parler. Pour l'heure, j'étais troublé sans explications. Faible. Pour une fois, j'affichais ma faiblesse. Pourtant, je ne voulais pas l'être. Auprès d'elle ou d'autre, je voulais être moi. Pas un faible...
Attrapant un barreau comme si je voulais le tordre, je la suppliais du regard. Je voulais sentir sa joue, sa peau, sa main... Pouvoir la toucher, la sentir proche de moi. Que nos coeurs raisonnement harmonieusement. Pas de manière soliste.

«  … Je suis désolé pour tout ça... Mais moi... Je veux juste voir la fille que j'ai vu tout ce temps. Une personne qui est différente des autres... »

La voir comme elle était. Plus d'histoires de Kuraragi. Juste elle en tant que personne. Attendant, je l'attendais patiemment. Dieu que la revoir me faisait mal.
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Féminin
→ Messages : 203


MessageSujet: Re: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   Dim 9 Juin - 4:53



Il lui adressait la parole. Comment devait-elle réagir? devait-elle continuer à l'ignorer, comme si ne rien n'était? Non, c'était impossible. Elle ne pouvait pas ignorer ce qu'il s'était passé. Pas seulement dans son appartement, mais aussi en elle. Des changements ont opérés. Comment lui dire ce qu'elle ressentait. C'était impossible. Alors, pendant quelques minutes, le silence opéra. Ce silence, que seul Tai brisait.

« Sheryl... Je voudrais te parler s'il te plait... Qu'on s'explique... calmement. À l'abris des oreilles des autres... Est-ce possible ? Ou bien... On doit absolument s'ignorer. Répond moi sincèrement Sheryl... C...Car j'ai l'impression de ne plus voir la même fille que j'ai vu au début... »


A l'abri des oreilles.. Il cherchait donc à ce cacher. A cacher ce qu'il ressentait, lui aussi? Pourquoi ? Tant de questions. Souhaitait-il seulement parler ou bien plus? Qu'attendait-il de la belle? Des questions qui intérieurement, restait sans réponses. Bien évidemment, c'était une évidence dont personne ne pourrait échapper. C'était un destin qui était liée à son passé, son présent et son avenir dans le quartier. Ce que pense les gens d'elle, elle s'en fichait pas mal au fond. C'était surtout ce que lui pouvait penser d'elle, oh oui, c'était bien plus important cela. Le silence était tel un mur. Impassible. Sheryl ne pouvait ouvrir la bourge alors qu'une boule se formait dans sa gorge. Non, elle ne pleurait pas. Pas maintenant. Le silence continua.

« … Je suis désolé pour tout ça... Mais moi... Je veux juste voir la fille que j'ai vu tout ce temps. Une personne qui est différente des autres... »


Différente. Elle l'était. Au fond, peut-être qu'elle n'était pas faite pour ce monde. Que s'imaginait-elle? Être une gagnante, une wineuse? Comment? Avec un cœur aussi fragile et des pensées aussi présentes. Pour réussir, il fallait être forte et dure et parfois la belle avait du mal avec une de ces deux qualités. On lui reprochait souvent. Ce "On" qui faisait parti de sa vie maintenant. Ces gens, inconnus et pourtant qui faisaient partis de sa famille. La seule qu'elle n'avait jamais connu depuis tant d'années. Le mur se fend en deux. Sheryl respira un coup, une grande gorgée, comme si c'était indispensable ou que ce silence allait l'étouffer. Insoutenable. Alors, elle posa les yeux sur Tai, accrocher aux grilles tel un désespéré affamé devant un éclair au chocolat inaccessible. La demoiselle se rapprocha elle aussi de la grille, rampant légèrement.

Du bout des doigts, elle les passa à travers celle-ci et effleura la joue de Tai avec un demi sourire.

- Qu'as-tu fais pour te retrouver ici, Kaïd?


C'était une petite pique, mais rien de bien méchant. Etant donnée qu'elle savait très bien qu'au fond, Tai se trouvait toujours dans des situations dont il n'avait jamais été la cause. C'était plus fort que lui de s'attirer des embrouilles. Souriant toujours, Sheryl remarqua qu'elle était soudainement trop gentille avec lui et retira ses doigts qu'elle serra contre son ventre.

- On peut parler si tu veux.

Calme et posé, elle respira lentement, cherchant à se calmer et surtout à ne pas paniquer. C'était le genre de situation qu'elle détestait mais Tai était son ami et méritait des explications, surtout après avoir été jeté dehors. Cela ne se faisait pas vraiment. Hélas, Sheryl ne savait pas encore si elle devait le considérer comme un ami, ou bien plus encore...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
私 は Tai Mikono



avatar

Masculin
→ Messages : 63


MessageSujet: Re: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   Dim 9 Juin - 8:22

Tell me...

Drôle de relation n'est-ce pas ? Un jour on est dans la même pièce, on fornique presque jusqu'à être foutu dehors bredouille. Et aujourd'hui, on était là, elle et moi derrière des barreaux. Pas de possibilités de s'échapper à moins de chiper une clé. La demoiselle semblant m'ignorer, je voulais parler. Comprendre... La belle elle semblait faire la sourde oreille. L'envie de hurler me prenait comme pour la choquer intérieurement, créer un électro choc dans sa caboche. Je voulais comprendre et ne plus voir cette personne souffrante visiblement. Alors quitte à être violent avec elle... Mais heureusement, voilà qu'elle approcha. Rampant presque, lui donnant un air pitoyable à voir. Comment ne pas imaginer une scène dans les misérables à cet instant ? Secouant la tête, je vins doucement à fermer les yeux.
Je ne voyais rien. J'imaginais la même pièce plus propre et surtout, sans barreaux. Soupirant lentement, je sentis la main de la demoiselle se poser sur ma joue. Pourquoi ? Pourquoi être si gentille encore une fois ? Aimait-elle faire ça ? Donner monts et merveilles pour par la suite tout retirer ? S'était agréable et frustrant à la fois... Terriblement frustrant. Pourtant, alors que mon esprit m'ordonnait de repousser cette main, de la haïr, de l'esquiver, je faillis presque la garder, la vouloir rien que pour moi. Mais la romance n'a pas sa place ici. Pas dans ce lieu. C'est limite gênant de se savoir stalké par un bleu...

«  … Le Caïd a juste remis un putain de gosse à sa place... Monsieur croyait que là où je travaille, c'est la fête à la saucisse. Bref, à l'heure de la pause clope, voilà que monsieur m'est tombé dessus et … L'inévitable est arrivé. Disons que... Nos gênes de Kuraragi si on peut dire ça ainsi... a fait surface. Bref... Je l'ai bien éclaté et les bleus ont pas aimés. Et toi ? Pourquoi une princesse comme toi se retrouve ici ? Au lieu d'être au chaud chez elle par exemple... »


Parler si on peut ? Je vins commencer un geste pour rattraper sa main, mais je le stoppa voulant le cacher. Trop tard mais bon. Je la regardais en coin pour alors lui dire histoire de plaisanter.

«  … Bah, je suis limite à genoux comme quelqu'un qui va crever dans une minute et t'adresse la parole pour pouvoir parler... Donc oui je le veux... »

Rigolant doucement, je vins à la regarder droit dans les yeux. Appuyant ma tête contre les barreaux, je vins à me rapprocher au maximum que je pouvais maudissant ces putains de barreaux. Dieu que j'aurais voulu les écarter. Soufflant, je vins à lui dire l'air plus sérieux. Tout en gardant une certaine douceur dont j'étais le maître.

«  … Pourquoi est-ce que ça a finit comme ça la dernière fois ? Sincèrement. Ne me dit pas la même chose s'il te plait, je le sais que c'est faux. Le groupe on s'en cogne, personne n'est au courant de notre... pseudo relation. Notre amitié... Alors que craint tu vraiment ? … Dit le moi Sheryl... Je n'aime pas te voir souffrir... »

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
私 は Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you really need me ? ( Pv Sheryl McDones )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kensei no Ichi :: Kensei : Centre-Ville { RPG :: ▬ Quartier Nord :: → Poste de Police-

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit